SAVEOL a dû mettre 20 tonnes de fraises à la poubelle la semaine dernière : nos producteurs en péril

Avec la douceur de cet hiver qui a entraîné un printemps précoce, les premières fraises sont déjà arrivées à maturité

Avec la douceur de cet hiver qui a entraîné un printemps précoce, les premières fraises sont déjà arrivées à maturité

En cette période de crise pandémique et de confinement, les producteurs de fraises français peinent à récolter et à écouler leur production. 

Cette problématique touche malheureusement tous les secteurs de notre agriculture. Il est temps de réagir car nous risquons de manquer de nos habituels fruits et légumes de saison.

De la fraise de Plougastel, de notre belle Bretagne, à la fraise de Cléry de notre Côte d'Azur ensoleillée, en passant par notre fameuse Gariguette, et bien d'autres fraises issues de nos régions productrices, toutes sont ou ne vont pas tarder à être fortement impactées par le manque de bras pour les récolter, et enfin pour les vendre. 

La fermeture des marchés à proximité de leur lieu de récolte, et des marchés sur toute la France, la fermeture des restaurants, la moindre consommation dans la grande distribution et chez les primeurs, tout contribue à mettre nos fraisiculteurs en danger. 

Acheter des fraises sur les marchés de France devient compliqué

Acheter des fraises sur les marchés de France devient compliqué

Xavier Mas, Président de l’AOPn Fraises de France tire la sonnette d'alarme : 

« Si la situation n’évolue pas maintenant, il est fortement à craindre pour notre avenir et celui des 4000 emplois directs et indirects que notre activité représente. Cette saison est cruciale pour nous ».

Joseph, producteur de fraises à Plougastel-Daoulas, dans le Finistère, supplie notre gouvernement de ré-ouvrir nos marchés afin de ne pas sinistrer le secteur :

le cri d'appel d'un fraisiculteur breton

Notre ministre de l'agriculture et de l'alimentation, Didier Guillaume, relayant le cri d'alerte de la FNSEA, a lancé un appel aux différents circuits de distribution pour proposer prioritairement des productions françaises, notamment vers la grande distribution.

L'effet pervers pour les producteurs est de ne pas être à même de satisfaire cette demande, comme en témoigne un producteur du Pays d'Arles  :

Que se passera-t-il si la demande est trop forte ?

Donc, si vous avez décidé de faire de la confiture de fraises cette année, c'est maintenant !

Une recette de confiture de fraises à cuisiner

Une recette de confiture de fraises à cuisiner

Pour connaître notre meilleure recette facile pour faire une bonne confiture de fraises, c'est ici !

Êtes-vous prêts à soutenir nos producteurs et maraîchers français en consommant leurs fruits et légumes ?

Êtes-vous prêts à les soutenir même si leurs prix étaient plus élevés ?

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations